Accueil   |   L'UMA   |   Conventions et Accords   |   Réunions  |   Presse   |   Statistiques   |   Galerie Photos   
  Contact | Plan du site | Liens utiles | FAQ عربي | English 
  Cabinet du Secrétaire général
Biographie
Mot Secrétaire général
Interventions et Interviews
Activités

  Secrétariat général
Organigramme
Liste Diplomatique
Communiqués
Accord de siège
Objectifs et Missions
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        ONGS
  Evénements Marquants

  Convertisseur de monnaie

  Météo

Tripoli
Tunis
Alger
Rabat
Nouakchott
  Interventions et Interviews :  
Conférence Ministérielle Régionale (5+5) :"Dialogue sur la coopération migratoire en Méditerranée Occidentale"
Le 17 octobre 2002
Allocution de
S.E.M. Habib BOULARES
Secrétaire Général de l’Union du Maghreb Arabe

Conférence Ministérielle Régionale :
"Dialogue sur la coopération migratoire en Méditerranée Occidentale"
Tunis : 16-17 octobre 2002



Monsieur le Président

J'ai l'honneur et le grand plaisir de prendre la parole au nom de l'Union du Maghreb arabe , et en tant qu'observateur, à la Conférence régionale ministérielle euro-méditerranèenne (5+5) sur le dialogue en matière de migration en Méditerranée occidentale qu'abrite la haute banlieue de Carthage, cette prestigieuse capitale historique de la Méditerranée.

Je tiens à remercier chaleureusement mon ami, Son Excellence Monsieur Chadly Neffati, ministre tunisien des Affaires sociales et de la solidarité, pour son aimable invitation. J'aimerais également rendre un vibrant hommage aux illustres hôtes de la Tunisie, en provenance du Maghreb et de la rive nord de la méditerranée occidentale.

Des salutations toutes particulières s'adresseront à Son Excellence Monsieur Brunson McKINLEY, directeur de l'Organisation internationale des migrations, pour avoir encouragé et facilité l'octroi à l'Union du Maghreb arabe depuis le 4/12/2001, le statut d'observateur auprès de l'OIM et, en général, pour son rôle très apprécié à la tête de cette prestigieuse organisation.

Monsieur le Président

L’UMA, qui a suivi de très près et avec vif intérêt, les premières rencontres du dialogue (5+5) inauguré à Rome en 1990 puis à Alger en 1991, s'est grandement réjouie de la redynamisation de ce processus de coopération et de concertation à Lisbonne les 25-26 janvier 2001 puis à Tripoli les 29-30 mai 2002, marquant ainsi une volonté politique commune entre les pays des deux rives de renforcer le climat d'entente et de dialogue sur tous les dossiers intéressant les deux communautés.

Fondée sur une approche de concertation et d'examens consensuels de toutes les questions de sécurité, de paix et de stabilité économique et sociale sur les deux rives de la méditerranée occidentale, les objectifs du dialogue (5+5), avec ses volets multidimensionnels, rejoignent, en effet, ceux du Traité de Marrakech instituant l'UMA.

Celle-ci se veut, en effet, une entité oeuvrant pour la consolidation de la paix, de la stabilité et de la concorde, tant dans la région du Maghreb que dans son contexte régional. Le développement durable des pays maghrébins et la création d’un espace économique aussi intégré que viable dans la région demeurent au centre de toutes les activités de l’UMA.

Et parmi les problèmes majeurs que connaît le Maghreb aujourd'hui les multiples aspects de la migration vers le Nord qui s'insèrent dans le cadre de relations historiques, culturelles et économiques, aussi complexes que variées entre notre région et la rive méditerranéenne opposée.

La complexité de ce flux migratoire, de l'avis de nos experts, et ses corollaires socioculturels ont tendance à s'amplifier, les pays de l'UMA étant devenus, à la fois et progressivement, pays d'origine, de transit et parfois d'accueil non réglementaire. Cela requiert, à n'en pas douter, des capacités de maîtrise et de gestion très importantes. Celles ci gagneraient, en outre, à être enrichies d'expériences régionales avérées en la matière et confortées d'une politique, aussi concertée qu'équilibrée, entre les pays d'origine et d'accueil.

Des mécanismes appropriés qui seront mis en place d'une manière concertée et relevant d'un partenariat réel en la matière entre les pays de l'amont et de l'aval, s'avèrent, dans les circonstances actuelles, une nécessité impérieuse. Son but : maîtriser, voire juguler, le flux migratoire en amont et prendre en charge les migrants régulièrement établis, en leur garantissant la plénitude de leurs droits , leur dignité et leurs spécificités culturelles. Cela résume, en gros, toute la problématique de la migration et ses enjeux.



Monsieur le Président

Parallèlement au processus de dialogue et de coopération dit (5+5), forum informel de discussion et de concertation entre les dix pays de la rive occidentale de la méditerranée, il a été donné à l'Union du Maghreb arabe de participer, en tant qu'observateur également, au processus Euromed ,depuis sa première conférence ministérielle à Barcelone en 1995. De la déclaration finale de cette conférence, l'UMA a pu relever le volet social ,culturel et humanitaire qui traitait de la migration. Cela reflétait, grosso modo , les préoccupations des pays du Maghreb à l'époque et telles que consignées dans les travaux du Conseil ministériel maghrébin chargé des affaires sociales ,de l'emploi et de la migration.

Et si la dernière Conférence ministérielle euro-méditerranéenne tenue à Valence les 22-23 avril 2002 a adopté un document d'encadrement intitulé: « Programme régional de coopération en matière de justice, lutte contre la drogue, contre le crime organisé et contre le terrorisme et de coopération en matière d'intégration sociale des migrants, des migrations et de circulation des personnes » et auquel font référence les conclusions de la présidence de la dernière réunion ministérielle (5+5) à Tripoli , il n'en demeure pas moins que la mise en application de ce cadre politique, prêtant facilement à l'amalgame rien que par le titre, revêt cependant une urgence extrême de nos jours.

La multiplication de drames aux larges des côtes européennes due aux tentatives désespérées d'une jeunesse maghrébine avide de bien être au Nord, la consécration de l'Europe forteresse devant les demandeurs d'emploi, la résurgence de la xénophobie et du racisme dans certains milieux européens, l'amalgame malintentionné entre l'islam et le terrorisme, et enfin les conflits sociaux sur une trame d'élargissement de l'Union vers dix pays de l'Europe de l'est, sont autant de facteurs qui poussent vers la consolidation des droits acquis des migrants maghrébins, la préservation de leur identité culturelle, sans oublier la nécessité de reconnaître et de valoriser leurs apports aux économies des pays d'accueil.



Les propositions pertinentes exprimées par Son Excellence le Président Zine el Abidine ben Ali devant le Parlement européen le 12 juin 1993 préconisant la conclusion « d'une charte euro- méditerranéenne sur les droits et devoirs des migrants» brille aujourd'hui par son actualité et son caractère on ne peut plus urgent . Il s’agit de donner dans l’immédiat une teneur concrète aux déclarations politiques relatives au partenariat en méditerranée et notamment en ce qui concerne le dossier brûlant de la migration dans nos sociétés maghrébines confrontées, presque quotidiennement, à des drames regrettables.

Monsieur le Président

Depuis sa création en 1989, l'UMA s'est attelée à créer progressivement une entité économique intégrée entre ses pays membres, en s'appuyant, en premier lieu, sur ses propres potentialités, afin de réunir les conditions d'un développement durable, en mesure de procurer progrès, prospérité et stabilité à ses citoyens. Des considérations macro-économiques, doublées de handicaps structurels, ont fait qu'on continue d'accorder, dans certains pays du Maghreb, une importance particulière à l'émigration, en tant que moyen additionnel pour résorber, fût-il partiellement, le chômage et une source importante de devises étrangères susceptibles d’atténuer les pressions sur les balances nationales des paiements.

Et, au delà des attentes très légitimes de nos pays de voir les différents programmes MEDA contribuer efficacement à l'essor escompté des économies maghrébines et à y promouvoir les investissements et, par là, y répandre le bien être et l'attachement à la patrie, nous estimons qu'il est grand temps d'envisager la création de la Banque méditerranéenne d'investissement, comme cela été annoncé à Alger en 1991 .Des relations de partenariat peuvent même être envisagées entre cette institution et la Banque maghrébine d'investissement et de commerce extérieur qui va être mise en place dans l'avenir très proche à Tunis.

En attendant, des efforts considérables sont déployés par les pouvoirs publics au Maghreb en vue de sensibiliser nos travailleurs à l'étranger de la nécessité de contribuer par leur épargne- investissement, à l'essor économique de leurs pays d'origine. Cela nécessiterait de la part de ces pouvoirs l'adoption de politiques incitatives bien claires et le déploiement d' efforts assidus, en vue de contrecarrer les politiques d'intégration et d'assimilation totales.

Le rôle des pays d'accueil peut être d'une importance particulière pour aider les migrants à prendre l'initiative d'investir chez eux, en facilitant notamment le transfert de technologie et de savoir faire. L’institution de crédits appropriés et à vocations méditerranéennes , assortis d'incitations destinées à promouvoir le partenariat méditerranéen est également à prévoir, comme déjà préconisé par les délégations maghrébines dans les rencontres (5+5).

Monsieur le Président,

Avant de conclure, je voudrais saluer, au nom du secrétariat général de l'Union du Maghreb Arabe, l'heureuse initiative tunisienne d'abriter cette rencontre, la première du genre dans le cadre du dialogue (5+5) sur le thème de la migration. Je tiens également à vous féliciter personnellement Monsieur le Ministre, du succès de cette rencontre et du brio dont vous avez fait montre dans la direction de ses travaux. La déclaration de Tunis, résumant les discussions et les orientations de ce forum thématique (5+5) constitue, j'ensuis persuadé, un document de référence dans l'approche des questions de migration en méditerranée occidentale.

Le secrétariat général de l'Union du Maghreb arabe et sous la supervision du Conseil ministériel maghrébin des affaires sociales de l’emploi et de la migration, ne ménagera aucun effort pour apporter sa contribution dans la réalisation des objectifs de la déclaration de Tunis et l’approfondissement de la réflexion sur le sujet. Le statut d'observateur de l’UMA auprès de l'OIM, ainsi que sa disponibilité entière à réunir, à son siège, les experts maghrébins en la matière pour arrêter des positions maghrébines communes, lui seront d'un grand concours dans ce domaine.

Je vous remercie de votre attention.

  Autres interventions :

Toutes les interventions  
10/11/2016 :
Taieb Baccouche et Abderraouf Tebourbi Ensemble pour un partenariat entre l'UMA et l'Université Européenne de Tunis

04/02/2010 :
Habib Ben Yahia, Secrétaire général de l’UMA, «Le Maghreb est là, la cadence est lente mais...»

20/02/2009 :
Parler d’échec de l’UMA est, à mon sens, excessif

23/05/2008 :
Maghreb 2030 dans son environnement Euro méditerranéen et dans la perspective de l’Union pour la Méditerranée

19/01/2008 :
Réunion sur la mobilité des capitaux en Afrique du Nord

11/09/2007 :
Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification

02/12/2006 :
21ème session des journées de l’entreprise

26/05/2006 :
SYMPOSIUM: " LE COUT DU NON MAGHREB" Madrid, 24-26 mai 2006

24/11/2005 :
M.HABIB BOULARÈS, Secrétaire Général de l'UMA «L'UMA des Etats est en panne»

25/02/2005 :
L’UMA ET LE PROCESSUS DE BARCELONE

Recherche

Avancée

Lettre d'informations
Pour recevoir la lettre d'informations mensuelle de l'UMA veuillez s'inscrire
Forums
Participez aux forums de l'UMA
Bibliothèque
Calendrier
Etudes et publications
AVIS APPEL A CANDIDATURE SERVICES DE CONSULTANT INDIVIDUEL
    Sg.uma@maghrebarabe.org             73, Rue Tensift Agdal Rabat - Maroc         Tél: +212 537 6813 71/72/73/74         Fax: +212 537 681 377
Par 3wDev.ma