Accueil   |   L'UMA   |   Conventions et Accords   |   Réunions  |   Presse   |   Statistiques   |   Galerie Photos   
  Contact | Plan du site | Liens utiles | FAQ عربي | English 
  Cabinet du Secrétaire général
Biographie
Mot Secrétaire général
Interventions et Interviews
Activités

  Secrétariat général
Organigramme
Liste Diplomatique
Communiqués
Accord de siège
Objectifs et Missions
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        ONGS
  Evénements Marquants

  Convertisseur de monnaie

  Météo

Tripoli
Tunis
Alger
Rabat
Nouakchott
  Interventions et Interviews :  
Réunion sur la mobilité des capitaux en Afrique du Nord
Le 19 janvier 2008
Communication de Son Excellence Monsieur Habib BEN YAHIA
Secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe
à la séance d’ouverture de la réunion ad hoc d’experts sur la mobilité des capitaux
Casablanca (Maroc)
17-19 janvier 2008


Monsieur BRAHI MI, Représentant de Son Excellence Monsieur Ahmed LAHLIMI ALAMI, Haut Commissaire au Plan du Royaume du Maroc,
Mme Karima BOUNEMRA BEN SOLTANE, Directrice du bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord,
Monsieur Omar KITOUNI Représentant du Membre du Directoire de la Bourse de Casablanca
Excellences,
Mesdames, Messieurs,


C’est un honneur qui m’échoit de participer à la séance d’ouverture de cette réunion sur « la mobilité des capitaux » organisée par le bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord à Rabat, et dont le thème traduit notre conviction du rôle important de la circulation intra régionale du capital, dans le processus de l’intégration économique Maghrébine.

Permettez moi, aussi, d’exprimer mes remerciements tout particulièrement à Mme Karima Bounemra Ben Soltane, Directrice du bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord à Rabat, qui nous a permis de nous rencontrer, et de faire part de mes considérations pour les efforts qu’elle ne cesse de déployer pour contribuer aux processus de développement et d’intégration au Maghreb et en Afrique du Nord.

Je voudrais profiter de la présence du Représentant de mon ami Son Excellence Monsieur Ahmed Lahlimi Alami Haut Commissaire au Plan pour le prier de transmettre aux hautes instances du Royaume du Maroc, nos plus sincères remerciements et notre haute considération pour le grand intérêt porté à l’égard des efforts et des actions tendant à renforcer la coopération régionale et consolider son processus d’intégration économique.

Mesdames, Messieurs

Les réflexions qui seront échangées, lors de cette importante réunion sur « la mobilité des capitaux en Afrique du Nord» contribueront sans nul doute, à repenser les moyens visant à impulser l’intégration économique et financière dans notre région.

Une intégration qui est devenue incontournable, afin de faire développer nos économies et de faire face à la compétition des grands groupements régionaux.

D’autant plus que l’intégration économique, ne peut plus exclusivement porter sur les échanges de biens et de services, elle concerne d’autres dimensions, la libre circulation des capitaux, des investissements et des personnes.

Certes, des réformes ont été mises en œuvre, par nos pays respectifs, et à différents degrés, visant à mettre en place des systèmes financiers modernes, dans la perspective d’une intégration financière.

Toutefois, et comme cela a été bien démontré par l’étude du FMI se rapportant aux « réformes du secteur financier et perspectives d’intégration financière dans les pays du Maghreb (décembre 2006) », et par les experts des pays maghrébins, beaucoup de défis restent à relever par nos pays, notamment dans les domaines concernant la solidité du système bancaire, le renforcement de la capacité compétitive de notre système bancaire, l’approfondissement des marchés financiers, l’amélioration de la supervision du secteur financier, et la mise à niveau des institutions financières.

Et compte tenu des nouveaux défis de la mondialisation, de la concurrence et de la nouvelle conjoncture internationale, marquée par une augmentation sans précédent du prix de l’énergie, de certains produits de base et par la dépréciation du dollar provoquant un déséquilibre au niveau des modes de paiement de nos pays respectifs, nos pays doivent, enfin, coordonner leurs efforts afin d’améliorer l’environnement des affaires et des investissements transmaghrébins.

Le domaine des Investissements Directs Etrangers (IDE) est l’un des facteurs les plus importants pour nos pays. Des efforts considérables ont été certainement consentis. En témoignent les résultats des trois dernières années puisque le volume des investissements dans cette région a été multiplié par quatre passant, selon le dernier rapport mondial des investissements, de 6.6 milliards $ en 2004 à 23.2 milliards $ en 2006. Cependant la région a besoin d’une plus grande visibilité positive pour devenir attractive pour les investisseurs étrangers, puisque en matière d’IDE, l’Afrique du Nord se place derrière la Suède (27.2 milliards $), le Luxembourg (29.3 milliards $) et l’Italie (39.1 milliards $). Les éminents conférenciers ici présents, en sont certainement conscients.

C’est pour vous dire que notre région qui dispose d’importantes richesses naturelles mais aussi de ressources humaines qualifiées se doit de conjuguer ses efforts pour exploiter les potentialités existantes dans les pays du Maghreb, afin de multiplier les opportunités d’investissements, et ce pour un meilleur avenir au profit de ses citoyens et atteindre ainsi les objectifs escomptés.
L’UME (Union Maghrébine des Employeurs) crée a Marrakech le 17/2/2007 a suggéré dans son rapport sur le rôle du secteur privé dans le développement économique et l’intégration régionale au Maghreb (novembre 2007), « la conception et la mise en place d’une charte maghrébine de l’investissement », unifiant et harmonisant les codes d’investissement des cinq pays. Une proposition qui mérite d’être examinée.

Mesdames, Messieurs

L’Union du Maghreb Arabe s’est fixée depuis sa création en 1989 de mettre en place un marché commun au sein duquel devraient s'opérer progressivement la libre circulation des personnes, des marchandises, des services et des capitaux.
Les dirigeants Maghrébins ont inscrit au cœur de l’action à mener, la mise en œuvre de politiques communes dans les domaines économique et social, et la mobilisation des moyens nécessaires à cet effet.

Toutefois, il est à souligner que l’UMA a accusé un retard dans son processus d’intégration. Un retard qui coûte à chaque pays de la région 2% de son produit intérieur brut (PIB) par an.

En effet, les échanges inter-maghrébins, ne dépassent pas 3,36% selon les dernières estimations, alors que pour l’ASEAN c’est 21% ; 19% pour le MERCOSUR et 10,7% pour la CEDEAO.

Ainsi peut-on déduire qu’il est maintenant urgent de donner une impulsion nouvelle à l’intégration économique et financière. A cet égard, la Banque Maghrébine d’Investissement et de Commerce Extérieur, l’instrument financier Maghrébin approprié, qui pourrait assurer la promotion et la facilitation du financement du commerce extérieur et des projets productifs d’intérêt commun, économiquement viables, tiendra son assemblée constitutive au courant de cette année; la Tunisie et la Libye ayant déjà libéré leur quote-part du capital.

Compte tenu des exigences de la mondialisation qui rend plus évident fait le coût de la non intégration maghrébine, tant économique que financière ; les instances de l’UMA se sont attelées à œuvrer à l’assouplissement des procédures des échanges commerciaux notamment l’harmonisation des réglementations régissant les échanges commerciaux, la levée des distorsions au commerce intermaghrébin.
Quant aux systèmes de paiement, les Gouverneurs des Banques Centrales des pays de l’UMA réunis dernièrement à Tripoli dans un souci de l’amélioration de la conjoncture financière ont décidé de rendre optionnel, au choix des opérateurs, le recours au dispositif prévu par la convention bilatérale de paiements unifiée.

Et dans une perspective de rapprochement des systèmes financiers maghrébins, ils ont institué des groupes d’experts afin d’harmoniser le cadre juridique et réglementaire des systèmes de payement et des systèmes monétiques entre autres.

Considéré comme fer de lance de l’intégration financière maghrébine, le secteur bancaire maghrébin à travers l’Union des Banques Maghrébines, n’a cessé d’œuvrer pour consolider cette intégration et favorise l’implantation de banques maghrébines; Il faut noter, à juste titre, et avec satisfaction le rapprochement en février 2006 de l’Union Internationale de Banques tunisiennes (UIB) et de la filiale algérienne de la Société Générale , de l’UBCI avec la filiale algérienne de BNP Paribas et la disposition de la BIAT (tunisienne) de se développer en Algérie afin d’accompagner les sociétés tunisiennes qui s’opère à Alger.

Il faudrait, également, souligner le partenariat existant aujourd’hui entre la Banque marocaine Attijariwafa Bank et la Banque du Sud tunisienne et la BMCE marocaine avec group Axis ( groupe tunisien de conseil et d’études financières). D’autres projets de ce genre sont en cours d’examen.

Mesdames, Messieurs

Devant l’intérêt croissant des institutions financières internationales, de l’Union Européenne, pour notre région, il est évident que l’UMA n’est plus utopique. A cet égard, nous devons nous atteler à aller de l’avant dans notre intégration économique et financière, d’autant que le renforcement des groupements régionaux devient capital pour une insertion dans l’économie mondialisée.

Je forme tous mes vœux que les travaux de cette rencontre soient couronnés de succès, et puissent dégager des lignes prioritaires d’action, pour un Maghreb intégré, développé, stable et sécurisé.

Merci pour votre Attention


  Autres interventions :

Toutes les interventions  
10/11/2016 :
Taieb Baccouche et Abderraouf Tebourbi Ensemble pour un partenariat entre l'UMA et l'Université Européenne de Tunis

04/02/2010 :
Habib Ben Yahia, Secrétaire général de l’UMA, «Le Maghreb est là, la cadence est lente mais...»

20/02/2009 :
Parler d’échec de l’UMA est, à mon sens, excessif

23/05/2008 :
Maghreb 2030 dans son environnement Euro méditerranéen et dans la perspective de l’Union pour la Méditerranée

11/09/2007 :
Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification

02/12/2006 :
21ème session des journées de l’entreprise

26/05/2006 :
SYMPOSIUM: " LE COUT DU NON MAGHREB" Madrid, 24-26 mai 2006

24/11/2005 :
M.HABIB BOULARÈS, Secrétaire Général de l'UMA «L'UMA des Etats est en panne»

25/02/2005 :
L’UMA ET LE PROCESSUS DE BARCELONE

01/01/2005 :
"LA TUNISIE-L'USA ET L'UNION DU MAGHREB ARABE" pour" Emerging tunisia 2005 "

Recherche

Avancée

Lettre d'informations
Pour recevoir la lettre d'informations mensuelle de l'UMA veuillez s'inscrire
Forums
Participez aux forums de l'UMA
Bibliothèque
Calendrier
Etudes et publications
AVIS APPEL A CANDIDATURE SERVICES DE CONSULTANT INDIVIDUEL
    Sg.uma@maghrebarabe.org             73, Rue Tensift Agdal Rabat - Maroc         Tél: +212 537 6813 71/72/73/74         Fax: +212 537 681 377
Par 3wDev.ma