Accueil   |   L'UMA   |   Conventions et Accords   |   Réunions  |   Presse   |   Statistiques   |   Galerie Photos   
  Contact | Plan du site | Liens utiles | FAQ عربي | English 
  Cabinet du Secrétaire général
Biographie
Mot Secrétaire général
Interventions et Interviews
Activités

  Secrétariat général
Organigramme
Liste Diplomatique
Communiqués
Accord de siège
Objectifs et Missions
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        Objectif et Missions
        Programme d'activité
        ONGS
  Evénements Marquants

  Convertisseur de monnaie

  Météo

Tripoli
Tunis
Alger
Rabat
Nouakchott
  Economie » Programme d'activité :  
Les pays du Maghreb et l’UE en réunion ministérielle à Alger L’Union magrébine dans l’intégration du marché de l’électricité [Réunions Maghrébines]
Le 28 juin 2010
Il y a volonté aujourd’hui de la part de l’Algérie, de la Tunisie et du Maroc de développer un marché commun de l’électricité et d’en faire un espace intégré au marché de l’énergie de l’UE. Cette disponibilité maghrébine a été mise en exergue, à l’occasion de la tenue, la semaine dernière, à Alger, de la réunion du conseil ministériel de l’énergie UMA-UE.

Cette rencontre a été sanctionnée par une déclaration finale appelée «déclaration d’Alger». C’est un document en plusieurs points où il est indiqué que les trois pays «confirment leur volonté» de poursuivre les réformes de leurs secteurs énergétiques nationaux et de mettre à profit les possibilités offertes par la coopération bilatérale et multilatérale entre leurs pays respectifs et l’UE afin de «mener à bien» ces réformes et de développer leurs secteurs énergétiques nationaux. L’intégration dont il est question contribuera, à coup sûr, à la création d’un espace de libre-échange entre les pays méditerranéens et l’UE, d’une passerelle énergétique entre les pays de la rive sud et de la rive nord de la Méditerranée. Dans un long discours prononcé à l’occasion de cette rencontre, la ministre marocaine de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Mme Amina Benkhadra a souligné que les pays du Maghreb avaient affiché leur volonté de «créer» ce marché maghrébin de l’électricité qui nécessite toutefois «l’harmonisation» des cadres réglementaires du secteur de l’électricité et un «rapprochement» des procédures de tarification de cette énergie. Les prix de l’énergie, une question qui a été évoquée, à la faveur de ce conseil des ministres. Mais elle n’a pas été tranchée. Elle le sera dans «une étape ultérieure», a relevé, le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, présent évidemment à ce rendez-vous ministériel. Mme Benkhadra a considéré par ailleurs que le partenariat euro-méditerranéen dans le domaine de l’électricité exigeait de l’UE un plus grand effort dans les transferts de technologie et une plus grande ouverture de ses marchés aux produits du Sud. Cette exigence avait été formulée en 2006 par l’Algérie qui avait souhaité une plus grande liberté d’accès des pays maghrébins producteurs d’électricité solaire au marché de l’UE. L’accès, est-ce possible quatre ans plus tard ? La réponse, il faut la chercher dans les difficultés que rencontre le groupe Sonelgaz en Europe. Sonelgaz avait fait face l’année dernière à des entraves pour accéder au marché espagnol. Les autorités espagnoles lui avaient alors interdit d’agir en tant que producteur d’électricité et agent commercial en Espagne. Et ces obstacles n’ont pas été tout à fait, levés aujourd’hui. Afin de régler, une fois pour toutes, tous les problèmes liés à l’accès au marché européen de l’énergie, pourtant libéralisé, il y a plus de dix ans, l’Algérie et l’Union européenne discutent, depuis quelques années, d’un accord dit «stratégique sur l’énergie». C’est une problématique qui a été également évoquée, à l’occasion de cette réunion du Conseil des ministres. Le commissaire européen à l’énergie, Gunther Oettinger qui était de la rencontre a estimé qu’il «est possible» de parvenir à un tel accord entre les deux parties. Il a par ailleurs, annoncé que l’UE s’engage à soutenir «Desertec», un projet auquel s’intéresse l’Algérie, mais sous conditions.

Le renouvelable, c’est aussi une priorité
Notre pays avait conditionné sa participation par le transfert, de la part des investisseurs, de technologie en matière d’engineering, d’équipements et de constructions. Youcef Yousfi a indiqué que l’Algérie «étudierait» la possibilité de développer des projets de partenariat euro-méditerranéen. «Nous allons étudier toutes les possibilités de développement des énergies renouvelables non seulement au niveau national mais aussi au niveau régional», a-t-il répondu à une question sur la position de l’Algérie sur le projet de production d’électricité solaire (Desertec), initié par des entreprises européennes. Soulignant l’achèvement dans les délais contractuels de la première étape du projet de l’intégration du marché de l’électricité de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie avec celui de l’Europe, le ministre a indiqué que ce projet avait besoin pour sa mise en œuvre de renforcer la formation des ressources humaines. Ce projet, c’est une initiative formulée par des entreprises allemandes, françaises, espagnoles et italiennes ; il sera complété par une participation des pouvoirs publics (de l’UE) pour en arriver à sa réalisation technique et financière. «Desertec n’est pas un projet privé, il sera réalisé uniquement s’il a un écho auprès des gouvernements et je vais m’engager à le réaliser dans l’intérêt des pays maghrébins et européens», a tenu à affirmer le commissaire européen.
«Tout reste à faire, de la planification jusqu’au financement et nous allons soutenir ce projet», a-t-il martelé en précisant que «le financement sera privé mais l’intérêt sera public». D’un coût de 400 milliards d’euros, Desertec vise à fournir d’une manière durable des énergies renouvelables à l’Europe, au Moyen-Orient et à l’Afrique du Nord. Toujours au chapitre des énergies renouvelables et dans une déclaration qu’il a faite à l’occasion de cette réunion UMA-UE, le ministre de l’Energie et de l’Industrie tunisien, Afif Chelbi, a souligné qu’il était «nécessaire» de clarifier les modalités d’achat de ces énergies renouvelables, mettant en relief la tarification des échanges électriques frontaliers, des réseaux pas tout à fait denses ; les interconnexions électriques maghrébines représentent seulement un pour cent des capacités de production globales du Maghreb, un taux qui reste insuffisant pour des échanges réguliers et étalés dans le temps. L’Algérie et le Maroc sont déjà reliés par une interconnexion de 400 kilovolts, qui leur facilite le transport de l’énergie électrique vers l’Espagne dans le cadre de la réalisation de la boucle électrique euro-méditerranéenne.
La ligne 400 KV Hassi Ameur (Algérie)-Bourdim (Maroc) a été mise en service. La mise sous tension de l’interconnexion électrique (400kV) entre l’Algérie et le Maroc constitue un important challenge pour le groupe Sonelgaz. C’est le transport de grandes quantités d’énergie dans les deux sens qui a été rendu possible. C’est le produit d’efforts colossaux déployés et par les équipes des sociétés du Groupe Sonelgaz et par celles de l’Office national de l’électricité du Maroc (ONE). Cette nouvelle liaison est de nature à conforter l’exploitation du système Production transport d’électricité (SPTE), en termes de sécurité, de continuité et de qualité de service : elle facilite les échanges électriques en renforçant davantage la sécurité du système électrique et en sécurisant l’approvisionnent en énergie des deux pays. Cette interconnexion conforte par ailleurs les liens traditionnels tissés déjà de longue date en matière de coopération dans le domaine de l’énergie électrique, entre l’Algérie et le Maroc. Deux autres interconnexions sont prévues dans le cadre de cette intégration, l’une sous-marine devant relier la Tunisie à l’Italie et une autre reliant le Maroc à l’Espagne. En résumé, il faut dire que le message est très clair : les pays maghrébins veulent «renforcer» le partenariat énergétique entre eux, d’une part, et entre eux et l’UE, d’autre part. Les pays du Maghreb souhaitent développer non seulement de l’énergie et de l’industrie, mais également des énergies renouvelables.

Y. S
  Etudes : Toutes les études  
01/12/1999 :
Etude sur les Mécanismes de mise en œuvre des étapes de la Stratégie Maghrébine communes de Développement (Sommaire)
31/12/1998 :
Etude sur l'harmonisation et l'unification des normes dans les pays de l'UMA (Sommaire)
31/07/1997 :
Etudes des politiques monétaires financières et fiscales (Sommaire)
31/12/1995 :
Etude sur la promotion des exportations des produits d'artisanat des pays de l'UMA
15/02/1995 :
Etdue sur le mécanisme de compensation des pertes induites par l'application de la convention commerciale et tarifaire (Sommaire)

  Réunions Maghrébines :

Toutes les réunions  
21/04/2009 :
Réunion du comité de pilotage chargé de l'évaluation et du suivi de l'étude sur le projet de création d'une communauté économique maghrébine 28-29/4/2009
29/10/2007 :
Conseil ministériel des mines et de l'énérgie
12/03/2007 :
Réunion d’experts chargés d’étudier la promotion des exportations des produits de l’artisanat maghrébin
05/03/2007 :
Comité de la planification général et la maitrise de l’énergie- Secrétariat général de l’UMA
26/02/2007 :
Comité d’experts chargés du suivi de la création de la Banque Maghrébine de l’Investissement et du Commerce Extérieur -Secrétariat général de l’UMA
17/02/2007 :
Rencontre des présidents des Confédérations maghrébines -Secrétariat général de l’UMA
24/01/2007 :
Conseil Ministériel chargé du commerce Tunis – 8ème session- Tunis
12/01/2007 :
Comité d’experts chargés du suivi de création de la Banque Maghrébine de l’Investissement et du Commerce extérieur -Secrétariat général de l’UMA
08/01/2007 :
Réunion d’experts chargés de la réalisation du projet de Convention de création de la Zone de Libre Echange maghrébine et du projet de la communauté économique maghrébine- Secrétariat général de l’UMA
21/11/2006 :
Comité d’experts chargés du suivi de la création de la Banque Maghrébine de l’Investissement et du Commerce Extérieur -Secrétariat général de l’UMA

  Séminaires et tables rondes :

Tous les séminaires  
23/09/2010 :
Ensemble pour promouvoir le «Partenariat pour le Maghreb» et favoriser l’intégration régionale
07/04/2010 :
2ème Forum Maghrébin des Hommes d’Affaires Tunis, les 10, 11 Mai 2010
05/02/2010 :
Colloque sur le rôle de la femme entrepreneure dans le développement économique des pays de l’Union du Maghreb Arabe Marrakech, 1-2/3/2010
21/04/2009 :
Premier forum des hommes d'affaires maghrébins, les 10 et 11 mai 2009 à Alger
15/02/2007 :
séminaire sur le démantèlement de l’Accord Multifibre
05/01/2002 :
le rôle du secteur privé et des services
Recherche

Avancée

Lettre d'informations
Pour recevoir la lettre d'informations mensuelle de l'UMA veuillez s'inscrire
Forums
Participez aux forums de l'UMA
Bibliothèque
Calendrier
Etudes et publications
AVIS APPEL A CANDIDATURE SERVICES DE CONSULTANT INDIVIDUEL
    Sg.uma@maghrebarabe.org             73, Rue Tensift Agdal Rabat - Maroc         Tél: +212 537 6813 71/72/73/74         Fax: +212 537 681 377
Par 3wDev.ma