Presse

Ben Ali affirme sa détermination à poursuivre l'action commune en vue de consolider l'édifice maghrébin [17/02/2009]
Source: Jeune Afrique du Nord - Politique

frique du Nord - Politique
Zine el Abidine Ben Ali(24) - UMA(10) - Maghreb(7)


Le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a réaffirmé sa détermination à poursuivre l'action commune en vue de consolider l'édifice maghrébin.

Dans des messages adressées aux dirigeants maghrébins à l'occasion de la célébration du 20ème anniversaire de la proclamation de la création de l'Union du Maghreb Arabe (UMA), Ben Ali a affirmé, que cet anniversaire sera toujours un événement marquant dans l'histoire de la région maghrébine.

Il a également réaffirmé sa détermination inébranlable à poursuivre l'action commune en vue de dynamiser les institutions et les structures de l'UMA, de manière à jeter les fondements d'une nouvelle étape pour la concrétisation de ce projet civilisationnel.

Selon le président tunisien, le projet de l'UMA, "représente une ambition historique de nos peuples et un cadre exemplaire pour la coopération, la complémentarité et le partenariat entre nos pays, et qui est de nature à habiliter notre groupement maghrébin à s'adapter avec compétence aux mutations régionales et internationales accélérées et aux situations compliquées que vit le monde".

Il a souligné que la foi en le projet maghrébin et l'attachement à l'Union en tant que choix stratégique incontournable commandent aux dirigeants de la région de redoubler d'effort en vue de surmonter les difficultés, de relever les défis et de gagner les enjeux pour poursuivre la marche de l'Union maghrébine dans un climat de fraternité et de solidarité.

Il convient de noter que l'UMA a été créée le 17 février 1989 lors d'une réunion à Marrakech (Maroc) des Chefs d'Etats d'Algérie, de Libye, de Mauritanie, du Maroc et de Tunisie.

Les institutions de l'UMA se composent du conseil des chefs d'Etat, du conseil des ministres des affaires étrangères, d'un comité de suivi, d'une cour de justice composée de dix membres ( deux par pays) compétente pour les différends entre parties ressortissantes de pays membres, d'une chambre consultative composée de 30 délégués par pays ainsi que de quatre commissions ministérielles spécialisées.