Presse

L’UE veut aider à relancer l’intégration des pays de l’UMA : [07/11/2007]
Source: Jeune Independant

L’UE veut aider à relancer l’intégration des pays de l’UMA :

Seulement 3 % d’échanges commerciaux intermaghrébins

par R.E/AFP
L’Union européenne a plaidé avant-hier à Lisbonne pour une relance du processus d’intégration des pays membres de l’Union du Maghreb arabe (UMA), paralysée depuis plusieurs années, et ce pour favoriser la croissance dans la région. L’UE peut «jouer un rôle de catalyseur dans ce processus d’intégration régionale», a estimé le ministre portugais des Affaires étrangères, Luis Amado, président en exercice du Conseil des ministres de l’UE, lors d’une conférence de presse à l’issue d’une rencontre entre l’UE et l’UMA (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie).

«Nous sommes prêts à aider le Maghreb, géographiquement proche de l’UE», a assuré de son côté la commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner. L’UMA, en panne depuis 1994, est régulièrement encouragée par ses partenaires et bailleurs de fonds internationaux à accélérer son rythme d’intégration régionale.

«Seulement 3 % des échanges commerciaux de ces pays se déroulent entre eux. Cela montre bien la fragilité économique de cette région», a souligné M. Amado. «Sur ce total, 2,5 % des échanges se réalisent entre la Libye et la Tunisie», a précisé le ministre libyen des Affaires étrangères Abderrahmane Chalgam.

Une meilleure intégration économique favoriserait la croissance, donc l’emploi, et permettrait de fixer les populations dans la région, selon M. Amado. Selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI), «ce processus d’intégration régionale permettrait d’augmenter le taux de croissance de 1,5 à 2 %» par an dans la région, a-t-il relevé.

Les responsables de l’UMA et de l’UE se sont engagés à se rencontrer plus souvent, alors que la dernière réunion à «ce niveau» entre les deux parties remonte à 1991. «Il y a une volonté politique pour que ces réunions se poursuivent», a notamment affirmé Habib Ben Yahia, secrétaire général de l’UMA.