Presse

La monnaie unique maghrébine s’impose! [19/11/2007]
Source: L'économiste

FAUTE d’une intégration politique des pays du Maghreb, « une volonté politique existe chez les décideurs des pays membres de l’UMA (Union du Maghreb Arabe), pour aller de l’avant dans la réalisation d’une monnaie unique dans l’espace maghrébin», affirme Othman Benjelloun lors de sa visite à Alger la semaine dernière. Président de l’Union des Banques Maghrébines (UBM), du Groupement professionnel des Banques du Maroc et du groupe BMCE Bank, Othman Benjelloun a été reçu par Abdelaziz Belkhadem, Premier ministre de la République algérienne au siège de la Primature à Alger. Il a été également reçu par nombre de personnalités algériennes. On peut citer, entre autres, Djoudi, ministre des Finances, Laksaci, gouverneur de la Banque centrale d’Algérie. Des sujets aussi importants que vitaux pour la région ont été discutés lors de ces rencontres. Les perspectives d’intégration économique et financière maghrébine et le rôle décisif que doit jouer la communauté bancaire des cinq pays du Maghreb ont été longuement discutés. Othman Benjelloun a indiqué que l’Union des Banques Maghrébines avait lancé une réflexion sur la réalisation d’un jalon essentiel de l’infrastructure financière commune dans la région du Maghreb que représente la création, à terme d’une Union monétaire et d’une Monnaie unique. À ce sujet, le président de l’Union des Banques Maghrébines a tenu à préciser que «même si la mise en circulation de la monnaie unique Maghrébine devrait prendre cinq ou dix ans, elle s’impose plus que jamais». Pour ce faire, l’UBM a décidé de mettre en place «un comité comprenant deux représentants de chacun des cinq pays membres pour s’atteler à la concrétisation de ce projet», poursuit-il. Outre ce projet de monnaie unique , l’UBM a décidé de créer une académie bancaire pour «permettre aux jeunes banquiers des Etats membres d’avoir une vue plus futuriste du système bancaire, de multiplier les échanges interbancaires». Ce qui permettra, à terme, le renforcement des échanges commerciaux intermaghrébins ainsi que la favorisation de la diffusion et l’usage de la carte bancaire au sein de l’espace maghrébin. L’UBM constitue avant tout un «maillon actif de l’édifice maghrébin et un lieu fédérateur des compétences bancaires» comme l’avait déclaré la ministre déléguée algérienne à la réforme financière Fatiha Mentouri.